Une rare pièce d'Histoire à vendre

2.500 Euros (+ frais d'envoi)

Si vous êtes intéressé par l'achat de ce Luger vous pouvez contacter HLebooks (Belgium) info@hlebooks.com


Une autorisation d'achat respectant la législation en vigueur dans votre pays est INDISPENSABLE.

A voir aussi notre Page d'annonces

 

Serial03.tif (6903590 octets)

Luger DWM +
véritable étui d'époque marqué
WwSu 1940 (Westfalische Waffenfabrik Shul Ulm)
avec marquage d'inspecteur "su 19 sous un aigle"

Hol09.bmp (1327158 octets)

Le pistolet est offert avec un chargeur à fond de bois numéroté : 9905 (1)
et un petit outil de démontage

Remarque : Le bronzage du métal est d'époque


Serial04.tif (3857874 octets)

Ce pistolet fut la propriété successive de deux collectionneurs belge de renom. L'un d'eux, G. Machtelinckx, est connu mondialement pour fournir en documentation les plus grands auteurs U.S. comme Jan Still ou Eugene Bender. Ce Luger fut plusieurs fois, par le passé, l'objet d'articles dans des revues d'arme en langue française. Le numéro de série de l'arme est 72261. Ce numéro en cinq chiffres indique que ce pistolet était normalement destiné au marché commercial.

       
Brennet1.tif (8435354 octets)

 

Brennet4.tif (4282958 octets)

On constate que ce numéro est reporté sous le canon à deux endroits et sur le côté gauche de la carcasse. Le marquage 2261 sous le canon est le marquage normal du numéro de série dans le style commercial. Les deux autres marquages, ainsi que les deux derniers chiffres appliqués de manière visible, sur les pièces secondaires sont des exigences militaires. On peut donc affirmer qu'il s'agit d'une variante "militaire commerciale".

Deux types de poinçons d'épreuve sont d'ailleurs présents. Le N couronné (flanc gauche et sous le canon) et l'aigle impérial (DWM) sur la culasse.

Après cette certitude, nous entrons dans le domaine des approximations. Tout d'abord, la date de fabrication. Nous savons que le rail de prise de crosse devient obligatoire sur les armes militaires à partir de 1914. Bien que le marché civil ne réponde pas aux mêmes exigences, on constate toujours une sorte de mimétisme qui tend à faire ressembler les armes civiles aux armes militaires. On peut donc fixer une borne inférieure à 1913 (plutôt vers la fin). La gâchette de cette arme a été manifestement modifiée. Elle a subi la mise à jour de 1916 qui permet d'armer le pistolet avec la sécurité mise (cf dessins). La borne supérieure devient ainsi 1916.

 

                   Brennet5.tif (5951850 octets)

                                 Sear.jpg (8208 octets)

en haut : gâchette avant  1916 - en bas : après  1916

A partir de là, seules des comparaisons avec d'autres pièces commerciales dont la date de fabrication est certaine, nous permettraient de situer au mieux l'année de fabrication.

L'auteur Jan C. Still fait état de l'existence d'un modèle 1908 commercial (sans rail de prise de crosse) numéroté 71420 et d'un autre modèle 1914 commercial avec chambre datée de 1915 et portant le numéro 74275. On peut donc raisonnablement situer notre Luger dans la tranche fin 1913 - début 1914.

Voyons maintenant le périple accompli: Ayant servi durant la première guerre mondiale, il est répertorié comme propriété de l'armée par le marquage "1920" ajouté sur la chambre entre 1920 et 1921.


Brennet3.tif (3672030 octets)


On peut noter au passage que l'extracteur a été remplacé (no 47).

La queue de détente et l'éjecteur (non visible) sont aussi des pièces de remplacement.

Cette arme a subi deux modifications majeures. On a ajouté une sécurité de gâchette et une sécurité de chargeur. Ces modifications mises au point dans les années 1930 - 1932 sont la preuve d'une utilisation dans un corps de police de cette époque. Il est à remarquer que la sécurité de chargeur, bien que partiellement amputée, est encore présente dans une condition assez rare à trouver.

Secu5.tif (5720474 octets)

Brennet5.tif (5951850 octets)


Reste les explications du S encerclé et du numéro 1952. (avec un point final) sur le dos de la carcasse.


Brennet1.tif (8435354 octets)

 

Quelques rares Lugers sont actuellement connus avec ce S, dont un possède le numéro 643. (avec un point après le chiffre) sur l'arrière et le marquage Ma.643. sur le devant de la poignée. Il s'agit donc du numéro de l'arme au sein d'une unité. Il est donc possible sinon probable, que cette explication s'applique à notre Luger dont le numéro serait le 1952 dans une unité que l'on ne peut pas définir.

G. Machtelinckx, qui connait bien cette arme, pense qu'il s'agit de son année de "démobilisation" intervenue en France, d'où cette arme provient. Pour ce qui est du "S", G. Machtelinckx s'est déclaré formel sur l'origine Simson. Il reste que ce marquage est très rare à trouver et que par le fait, il plane toujours un reste d'incertitude sur son origine avérée.

 

Brennet2.tif (6373326 octets)

Brennet1.tif (8435562 octets)


IMG0198.jpg (55209 octets)

IMG_0196.jpg (28117 octets)

IMG_0198.jpg (57849 octets)

IMG_0199.jpg (35852 octets)

IMG_0200.jpg (72414 octets)

IMG_0203.jpg (47867 octets)

IMG_0207.jpg (37513 octets)

IMG_0211.jpg (50392 octets)


Si vous êtes intéressé par l'achat de cette belle pièce de collection historique, contactez Gérard Henrotin (Belgium) info@hlebooks.com

 


  


Home.gif (1453 octets)

 

 

top.gif (250 octets)